/Auschwitz Birkenau

En mars 2011, dans le cadre de son 3e projet pédagogique sur la Shoah, mon ami Stéphane Amélineau, professeur documentaliste au lycée Saint-Rémy de Soissons, nécessite les services d'un photographe et me demande de l'accompagner, lui et ses élèves, en Pologne pour une visite des camps d'Auschwitz et Birkenau.

Deux livres seront publiés de cet Itinéraire de Mémoire. Voici, ici, sans trucages, ni artifices, les images extraites de mon ouvrage, légendées par Stéphane Amélineau.

Wagon sur la Judenrampe entre Auschwitz et Birkenau où furent sélectionnés pour les chambres à gaz des centaines de milliers de juifs, entre mars 1942 et avril 1944

press to zoom

Wagon sur la Judenrampe entre Auschwitz et Birkenau - détail

press to zoom

Wagon sur la Judenrampe entre Auschwitz et Birkenau - détail de serrure

press to zoom

Vue d'ensemble de l'entrée du camp d'Auschwitz

press to zoom

Portail du camp principal d'Auschwitz. Sous cette sinistre sentence, entreront dans ce camp entre le 14 juin 1940 et le 17 janvier 1945, en colonne par 5, des centaines de milliers de déportés venant de toute l'Europe : resistants, juifs et autres individus ostracisés par les nazis.

press to zoom

Portail et barbelés électrifiés à l'entrée du camp

press to zoom

Double rangée de barbelés électrifiés

press to zoom

Block 24a - Un des 28 blocks de détention du camp

press to zoom

Allée du camp - barbelés séparant les blocks des détenus femmes et hommes

press to zoom

Lanterne à l'entrée d'un block

press to zoom

Au delà, la mort ou l'évasion par le suicide

press to zoom

Châlits à trois niveaux - un lit pouvait contenir ici, trois, quatre détenus

press to zoom

Dernier mirador avant le crématoire KI

press to zoom

Le "mur de la mort" à Auschwitz entre les blocks 10 (à gauche) et 11 (à droite). Des dizaines de milliers de détenus ont été fusillés avec une balle dans la nuque par des SS comme Palitzsch, Grabner ou Aumeier

press to zoom

Qui dépassait ce panneau, était abattu, et permettait au garde du mirador d'obtenir des jours de permissions supplémentaires

press to zoom

Entre les deux rangées de barbelés électrifiés (la nuit), du béton était coulé afin d'éviter les évasions souterraines.

press to zoom
1/4